Un nouveau souffle pour l’événementiel écoresponsable

Par Célia Godichaud, assistante coordonnatrice événementiel au Conseil Québécois des événements écoresponsables

Tenant compte qu’une visioconférence d’une heure représente en moyenne 1 à 3 kg d’équivalent CO2, et que la plateforme Zoom est passé de 10 millions d’utilisateurs à 300 millions depuis le confinement, cela n’est pas sans conséquence d’organiser un événement virtuel. Ce n’est pas parce que cela n’est pas physique ou palpable qu’il ne faut pas penser à l’environnement, à notre écosystème, à notre communauté.

 

Des événements virtuels pas sans impact

Le confinement impliquant que nous ne puissions pas nous rassembler, cela nous pousse à réfléchir à des nouveaux formats originaux d’événements virtuels. Ce sont des challenges qui nous font évoluer, tous autant que nous sommes dans nos métiers. En tant qu’organisation accompagnant des structures à réaliser des événements écoresponsables, nous nous sommes posés la question, comme tous parmi vous certainement, comment appliquer notre savoir-faire aux transformations événementielles actuelles ? La réponse est venue d’elle-même, sous nos yeux depuis le début : accompagner des événements virtuels à prendre, eux aussi, le virage de l’écoresponsabilité. Il faut prendre conscience des nouveaux impacts de nos événements entraînés par ces transformations profondes.

Après des recherches approfondies sur les différents impacts, nous sommes actuellement en train de développer un calculateur et une formation sur ce domaine. Les déplacements, quoiqu’importants dans la part des émissions de gaz à effet de serre lors d’un événement, ne sont pas les seuls à être comptabilisés lors d’un bilan. Qui héberge votre événement? Est-ce que ce fournisseur utilise une énergie verte pour vous alimenter? Livrez-vous des repas ou autres objets à vos participants ? Tant de questions essentielles à vous poser pour évaluer votre événement. Le Conseil québécois des événements écoresponsables, à travers cette initiative, peut vous accompagner dans votre démarche, collaborons ensemble.

 

Saisir l’opportunité d’une transformation

Un événement a déjà passé le cap avec nous, c’est le colloque étudiant conjoint du RRSPQ et du RISUQ. En effet, cet événement, qui se déroulera le 20 mai prochain sur la plateforme Zoom, sera classifié selon la norme BNQ 9700-253 en gestion responsable d’événement niveau 1.

Est-ce que cela sera toujours d’actualité après le confinement ? Évidemment, puisque le numérique intervient dans un événement virtuel ainsi qu’un événement physique. Une application, une communication numérique, tout est sujet à un impact réel. Après le déconfinement, les organisateurs d’événements seront profondément transformés dans leurs réalisations, les événements virtuels seront-ils plus présents ? Nous ne pouvons le dire. Dans tous les cas, l’évaluation des impacts des événements virtuels est nécessaire pour faire briller à nouveau cette aura verte citoyenne.

Nous lançons un appel à contribution : si vous souhaitez travailler avec nous sur l’établissement du calculateur des impacts des événements virtuels, ou souhaitez des informations sur celui-ci, vous pouvez nous contacter.